Et si on en parlait...

03 février 2013

TOUCHEZ PAS A NOS CULS !

aristote

Homos et hétéros de la République, voulez-vous vraiment du mariage pour tous ?

...vraiment pour tous, au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité et de la tolérance ?

Alors soyons républicains, raisonnablement démocrates et cohérents jusqu’au bout ! De grâce, laissons nos enfants dormir et ne les associons pas à nos choix en matière de préférences sexuelles. N'invitons pas à notre table de discussion l’encombrante pédopsychiatrie, ni la morale ringarde, toutes deux géométriquement variables, mais ajoutons juste les principes de la liberté sexuelle (entre personnes majeures et consentantes) et interrogeons nous en citoyens :

  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Pourquoi ne pas autoriser le mariage polygame (polygynie et polyandrie) et le mariage entre adultes de la même famille au titre du regroupement familial fort d’un amour sincère et de la solidarité morale et matérielle?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité,de la tolérance et de la liberté sexuelle : Pourquoi deux lesbiennes sœurs de sang (amoureuses l'une de l'autre et ne souhaitant pas engendrer) ne pourraient-elles pas dépasser elles aussi le PACS et ne pas se marier ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Pourquoi les quatre parents d’une fratrie recomposée ne pourraient-ils pas vivre ensemble et se marier tous les quatre ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Pourquoi deux hommes mariés ne pourraient-ils pas acheter sur le net les services d'une matrice de femme pour une GPA avec crédit bancaire sur 36 mois et assurance de conformité ? Seul l’utérus serait loué, pas le vagin : il n’y aurait donc pas proxénétisme. Reste la question de la non-conformité possible de l’enfant à la naissance avec les attentes de nos homoparents et de son devenir : selon les conditions supensives de la garantie, reprise totale, placement, réparation, autre ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Pourquoi cette même femme (elle-même homosexuelle, ayant quelques difficultés financières avec sa nouvelle compagne dans leur loft est-parisien) voulant elle-même connaître les joies de l'enfantement mais pas les contraintes maternelles ne pourrait-elle pas recourir à une PMA remboursée par la Sécurité Sociale ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Y aura-t-il des soldes bi-annuels de Gestation Pour Autrui (GPA) et de Procréation Médicalement Assistée (PMA) ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité et de la liberté sexuelle : Comment gérer tous les mariés dénoncés à une nouvelle milice comme étant abstinants (mariés de convenance, forcés ou par complaisance, mariages blanc, gris ou seulement bourgeois) ?
  • Au nom de l'amour, du bonheur, du droit, de l'égalité, de la tolérance et de la liberté sexuelle : Comment, si jamais nous arrivions dans deux ou trois générations à plus de 80% de couples homosexuels, ferions-nous pour ne pas entrer dans une dictature (ou tenter d’en sortir) dans laquelle une nouvelle prostitution sacrée universelle serait instaurée où tous seraient obligés par la loi de fournir des gamètes quatre fois par an pour assurer en salle stérile la reproduction de notre nation ?

Je ne veux pas dans mon pays du mariage pour tous et je veux avoir la possibilité de l’exprimer lors d’un référendum républicain !

Je ne suis pas d'accord avec votre « Mariage Pour Tous », mais je me battrai jusqu'au bout pour que chacun adulte consentant ait le choix de ses pratiques sexuelles avec un (ou plusieurs) autres adultes consentants !

Je suis contre la légalisation (ou la diabolisation) du plaisir et contre l’institutionnalisation par la République de pratiques amoureuses, ici homosexuelles, donc incomplètes et plus limitées, car non arrivées à maturité et pleine d'interdits non assumés mais peu importe : touche-pipi sans pénétration par un pénis pour les homofemmes ou avec sodomie obligatoire pour les homohommes. Les bien-pensants avides de procès ont bien noté ? Pas les pratiques (si ces contraintes égocentrées du genre "onanisme avec assistance de partenaire du même sexe" conviennent aux concernés, rien à dire, après tout la masturbation ne rend pas sourd aux autres...du moins après son exécution, et en ces temps de crise la sublimation de ce qu'on a et n'a pas peut avoir du bon), seulement leur institutionalisation. Nous récupérons l'héritage culturel (au sens large) de toutes les civilisations anciennes qui ont contribué à nous constituer (Perse, Babylone, Grèce, Rome) et à ce titre nous pourrions conserver pour les sympathisants l'exception homosexuelle normalisée comme un petit "plus" hors de la famille ou à domicile si discret et n'y associant pas les enfants (ni dans la décision ni dans la pratique). Le dégoût du vagin pour certains hommes hétéroabstinants ou le dégoût d'un pénis pour certaines femmes hétéroabstinantes, c'est aussi de l'ostracisme, socialement toléré par ce que s'exprimant dans le secret des coeurs et d'une chambre douillette et close. Il n'a pas vocation à venir enrichir les livres scolaires. Nous avons le droit de ne pas aimer ni les huîtres ni les andouillettes, mais nous ne pourrions nous voir décerner un certificat officiel de gourmand-gourmet open-mind, ni celui de convertir des mineurs par l'exemple. Les maisons de tolérance (du petit bordel de quartier d'antan que la République ne tolère d'ailleurs plus officiellement jusqu'au club à partouzes) sont une nécessité physiologique et sociale ; ce n'est pas une raison pour leur accorder le label d'institut ou d'école.

Je suis contre le principe de l’arrivée de nouveaux livrets de famille préférentiels pour bobos homoparents. Je suis tout aussi contre, sous le prochain prétexte d’harmonisation égalitaire, la modification des livrets de famille actuels et la dégradation du statut de père ou de mère en statut de parent A ou parent B.

Je suis contre le mariage pour tous et ses effets d’ores-et-déjà prévisibles. Et puis, pour conclure provisoirement, j’ai l’impression - allez savoir pourquoi - que la demande de "mariage pour tous" provient plus fortement de bobos parisiens, lyonnais ou bordelais, que d’ouvriers d’usine en cours de fermeture et de caissières de supermarché de notre bonne France profonde.

Ne touchez pas à nos culs !

JLB

Posté par Palimpseste75007 à 21:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :